Port de Châtellerault

à Châtellerault

imgcarousel-name-mising
imgcarousel-name-mising
imgcarousel-name-mising
  • La Vienne est un des nombreux affluents de la Loire à avoir connu une batellerie importante. Elle fit de Châtellerault un port fluvial animé, lieu d'intenses échanges économiques et sociaux.
    Les activités commerciales sur la Vienne existent depuis longtemps, mais c'est le développement de la batellerie à partir du XVIIe, et surtout aux XVIII et XIXe siècles, qui a laissé son empreinte sur la ville.
    Il existait plusieurs ports, aménagés selon la nature du chargement : le Port des Moulins et le Port à l'ardoise, rive droite ; le Port des tanneurs et le Port de la Rastrie, rive gauche. Les marchandises qui partaient de Châtellerault (à l'avalaison) étaient régionales : des céréales, des eaux-de-vie et du vin, les
    pierres meulières et le liou (pierre lithographique), le chanvre et les toiles de Châtellerault, ainsi que les prunes Sainte- Catherine et l'huile de noix. Les marchandises à la remonte variaient du sel de l'Atlantique aux métaux, des ardoises angevines aux produits marins et coloniaux.
    Ce riche passé fluvial a laissé peu de traces visibles dans la ville en dehors des éléments d'amarrage (organeaux) et de transport (étriers), et de la croix des mariniers située au milieu du pont Henri IV.