Une particularité de Lencloître

La célèbre foire mensuelle

Paru le samedi 19 août 2017


La Communauté religieuse possédait certains droits et avantages seigneuriaux comme le pigeonnier, le moulin qui peu à peu ne perçut plus de taxe pour moudre le grain et fut appelé Moulin de la Franchise.

C’est autour du prieuré de Lencloître, que s’établit une petite bourgade dès le XIIIème siècle. La richesse de la vallée favorise l’activité commerciale et Lencloître s’imposa peu à peu comme place agricole d’importance. Des marchés s’organisèrent jusqu’à devenir hebdomadaires au XVIème siècle.

 En 1612, les bourgeois de Lencloître demandèrent à Antoinette d’ Orléans, alors en retraite au couvent des femmes, d’intercéder en leur faveur auprès du Roi pour que quatre foires annuelles s’y tiennent. Elles étaient fixées au premier lundi de Carême, aux fêtes de la Saint Jean, de Saint Roch et de Saint Simon. En échange les moniales percevaient :

2 deniers sur chaque mouton ou agneau vendu

5 deniers sur chaque banc de boucher

3 deniers sur "tous autres bestiaux qui se vendaient"

C’est seulement à partir de 1780 approximativement, que la répartition annuelle des foires changea. En 1782 leur nombre passa de 4 à 9, et au XIXème siècle, elles passèrent à 12 et ont lieu le premier Lundi de chaque mois.

 La foire de Lencloître rassemble actuellement environ 350 commerçants non-sédentaires et plusieurs milliers de visiteurs. Elle prend une importance encore plus exceptionnelle quand le premier lundi du mois tombe un jour férié ! Sa spécialité : les anguilles grillées.

 Renseignements à l’Office de Tourisme du Châtelleraudais au 05 49 21 05 47

 

 



contactez l'Office de tourisme
scroll top